diabètes, causes et coséquences 1ère S (agreg int)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

diabètes, causes et coséquences 1ère S (agreg int)

Message par aurore le Lun 30 Mai - 16:36

Diabètes, causes et conséquences

Intro :
En France 3,5 % de la pop est atteinte de diabète.
Graphique montrant l’évolution du glucose d’un ind sain et d’un individu diabétique.
En donner une définition.(= hyperglycémie à jeun supérieure à 1,26 g.L-1) Donc le diabète correspond à une défaillance des mécanismes de régulation(= du système réglant)

Pb :Comment expliquer l’hyperglycémie chez les diabétiques ?

Hyp :On suppose des causes génétiques, environnementales

I-Les 2 grands types de diabètes.
Conséquence vérifiables :Si la cause du diabète provient d’un PB d’insuline ou de cellule β des ilots de Langerhans alors les diabétiques doivent présenter des modifications structurelles et fonctionnelles du pancréas

a-diabète insulino dépendan
t
TP : obs cellules pancréas d’un individu sain et d’un individu présentant un diabète de type I
Observer la lame de pancréas d’une personne souffrant de diabète de type 1 et rechercher les différences avec la lame précédente.
A partir de vos observations, proposer une explication à ce type de diabète qui se traduit par une hyperglycémie chronique.
Bilan des caractéristiques du diabète de type 1 (à récapituler ds tableau de ccl)
B.O : Au niveau cellulaire le diabète de type 1 est caractérisé par la destruction totale des cellules beta sécrétrices d’insulines

b-diabète gras
Transition et constat du b :suite à l’ingestion de glucose les 2 sujets produisent de l’insuline cependant le diabétique ne peut pas revenir à une valeur de 1 g/L contrairement un sujet sain. Le diabète de type 1 est causé par un manque d’insuline or ce diabétique en produit,

Pb :comment expliquer ce nouveau type de diabète alors que de l’insuline est sécrété ?
Hyp : on suppose que les cellules cibles de l’insuline ne doivent pas avoir de récepteurs à l’insuline
Mettre graph représentant l’évolution de la sécrétion de l’insuline et de l’insensibilité à l’insuline au cours du temps chez une personne de diabète de type 2.
Bilan :
B.O : Le diabète de type 2 est dû à une insulinoréistance des cellules cibles de l’insuline ainsi qu’à un déficit de l’insulinosécrétion.

II-Les facteurs à l’origine des diabètes (causes)
a-causes génétiques
Le diabète de type 1, diabète insulinodépendant, est une maladie peu héréditaire : 10 % des cas seulement sont familiaux. Il existe néanmoins une prédisposition d'origine génétique à cette affection.
Cette prédisposition est nécessaire mais elle ne suffit pas : d'autres facteurs, en particulier d'environnement, participent au déclenchement de la maladie auto-immune. Une maladie auto-immune est une réaction du système immunitaire contre l’organisme, dans le cas présent le système immunitaire détruit les îlots de Langerhans ou le pancréas.

Les individus portant des marqueurs du CMHde type DR3 et DR4 ont 3 fois plus de risque de développer un diabète. Inversement il existe des gènes protecteurs c’est à dire dont la présence dans le génotype implique un risque moins grandde développer un diabète.

Chez la souris NOD (Non-Obese Diabetic), modèle animal expérimental on a pu constater qu’il existe un gène de prédisposition porté par le chromosome 1 pour deux maladies auto-immunes très souvent liées :
– la sialite ou inflammation des glandes salivaires provenant de l’accumulation de cellules du système immunitaire autour des vaisseaux et des canaux sécrétoires,
– la péri insulite, inflammation autour des îlots de Langherhans qui se poursuit parfois par l’infiltration de cellules immunitaires et la destruction des cellules productrices d’insuline. Cette destructionprovoque un diabète.
Ces maladies auto immunes sont autant de marqueurs du développement potentiel du diabète final.
Six gènes participeraient à l’apparition et au développement du diabète d’origine auto immune.
Le gène CTLA4 gouvernant la synthèse de la protéine CTLA4 est aussi impliqué dans l’apparition de certains diabètes. Cette protéine est extrêmement importante dans la régulation des réponses immunitaires.
Son gène est aussi le siège d'un polymorphisme, qui pourrait expliquer pourquoi certains individus sont plus exposés que d'autres à développer des maladies auto-immunes comme le diabète insulino-dépendant.

Autres gènes de susceptibilité
-gène de la glucokinase : participe en effet à l’entrée du glucose (sucre) par les cellules du foie et à la libération de l'insuline par le pancréas en réponse au glucose. Une anomalie dece gène a été mise en évidence dans 50 % d'un diabète particulier : MODY, une forme minoritaire de diabète de type 2 (moins de 5 % des patients) qui affecte des sujets jeunes (avant 25 ans).
-gène de la glucagone : hormone contrôlant la production et libération de glucose par le foie et en régulant la sécrétion d'insuline. Elle agit sur les cellules par l'intermédiaire d'un récepteur situé dans la membrane, dont le gène est localisé sur le chromosome 17. Une mutation de ce gène serait impliquée dans l'apparition de certains diabètes
-la région promotrice du gène de l’insuline : Très récemment il a été montré qu'un polymorphisme de la région promotrice du gène de l'insuline est associé au diabète de type1.

Le diabète est d'origine multifactorielle et polygénique, c'est-à-dire qu'il s'agit d'une maladie génétiquement déterminée par l’interaction d'anomalies de plusieurs gènes, mais qui ne s'expriment qu'en présence de facteurs environnementaux favorisant.
Le rôle de l'environnement est important, comme en témoigne la forte augmentation de la prévalence de cette affection dans plusieurs populations, une fois celles-ci transplantées dans un milieu au mode de vie occidental.

b-causes environnementales
diabète et alimentation
( indien Pima) : un même groupe ethnique ( pop d’ind ayant des gènes de susceptibilité comparable ), n’a pas le même risque de dvp un diabète type 2 selon l’env où il vit, cela traduit l’impact des facteurs de l’environnement sur cette maladie.
plus l’indice de masse corporelle est élevé ( obèse) , plus il y a de risque de dvp un diabète de type 2. Une ali mal équilibrée et la sédentarité apparaissent comme 2 facteurs majeurs qui conduit au diabète de type 2
diabète et virus
Des études épidémiologiques de grande ampleur sont menées un peu partout dans le monde. Notamment en Sardaigne, où l'incidence du diabète insulino-dépendant est l'une des plus importantes de la planète, à égalité avec la Finlande : 35 cas pour 100.000 personnes, contre 6 à 7 pour 100.000 dans l'hexagone.
Depuis trois ans, la quasi-totalité des grossesses de l'île fait l'objet d'un suivi particulier. Et comme on soupçonne depuis longtemps quelques virus d'engendrer une susceptibilité au développement du diabète de type 1, des prélèvements de sang sont systématiquement réalisés au niveau du cordon ombilical. Attentivement analysés en laboratoire, ils devraient permettre d'identifier les femmes enceintes infectées par ces virus. On pourra ainsi vérifier d'ici 25 à 30 ans si leur progéniture est ou non touchée par la maladie. Cette enquête de longue haleine sera progressivement étendue à toute l'Europe, à 200.000 autres nouveau-nés italiens dans un premier temps, puis à la Suède, l'Allemagne, l'Espagne et la France.

III- conséquences d’une hyperglycémie.
a- Sur l’organisme
L'hyperglycémie quasi-permanente expose les diabétiques à de multiples complications, en particulier au niveau des gros et des petits vaisseaux, des reins, des nerfs et des yeux, réduisant ainsi l'espérance de vie en l'absence de traitement. Le diabète accélère notamment la formation des plaques d'athérome.
(dépôt de cholestérol dans les parois artérielles), augmentant non seulement les risques d'infarctus du myocarde, mais aussi d'hypertension artérielle, d'accident vasculaire cérébral et d'artérite des membres inférieurs.
En altérant également les capillaires de l'ensemble de l'organisme, il peut en outre provoquer des rétinopathies (maladie de la rétine due à une détérioration des minuscules vaisseaux qui l'irrigue). Le diabète est en effet l'une des premières causes de cécité irréversible dans les pays industrialisés.
Les différents types de diabète peuvent donner lieu aux complications suivantes : maladie du rein, maladie du coeur, accident cérébrovasculaire, cécité impuissance, complications durant la grossesse.
b-sur le système de santé
Le diabète a des répercussions importantes sur la vie quotidienne à cause du risque élevé de complications
d’origine vasculaire qui frappent la rétine, le coeur, les reins et le système nerveux.
Il en résulte une hospitalisation des patients diabétiques deux fois plus fréquente que les personnes non diabétiques.Le coût des soins de santé par patient atteint du diabète est plus de trois fois supérieur à celui d’un
patient non diabétique. On estime qu’aux États-Unis, le diabète représente pour la société un coût annuel de 25 à 30 millions de journées d’hospitalisation en plus d’une somme de 8 à 10 milliards de dollars en frais médicaux directs.

Conclusion :
Tableau de comparaison des 2 diabètes qu’il faut compléter au fur et à mesure.
(je n'arrive pas à le mettre !!)

le phénotype diabétique est défini par une hyperglycémie ( > 1.26 g/L à jeun) , c’est donc le système réglant de la glycémie qui ne fonctionne pas correctement. De nombreux gènes sont impliqués dans le développement des diabètes (gène de susceptibilité aux diabètes) . Les phénotypes diabétiques résultent de l’interaction entre ces gènes (= génotype) et des facteurs de l’environnement.

B.O :La connaissance précise des gènes de susceptibilité aux diabètes et leur polymorphisme permet de mener une médecine prédictive (conseil nutritionnel…)
L’identification de sujets à risque peut soulever de nouveaux problèmes au plan éthique
(embauche professionnel, établissement de contrats d’assurances…)

[b][center]

aurore

Messages : 18
Date d'inscription : 07/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum